Chargement ...

Actualités

Air Terre Mer Immobilier : un service dédié au personnel de la Défense

ATM : un service dédié au personnel de la Défense

Air Terre Mer Immobilier : un service dédié au personnel de la Défense

A l’occasion d’une interview pour Women Forces (groupe Facebook destiné à mettre en relation les femmes de militaires pour des projets professionnels), Perrine nous en dit plus sur les raisons qui l’ont poussée à proposer un service spécialement dédié au personnel de la Défense et leurs familles.

 

Pouvez-vous vous présenter vous en quelques mots :

J’ai 35 ans. Née à Toulouse.

Je suis maman d’une petite fille de 14 mois et mariée avec Aurélien, militaire engagé dans la Marine, depuis 16 ans. Nous habitons à Toulon depuis 4 ans. Auparavant, j’ai été manager dans une célèbre entreprise d’hypermarchés où j’ai appris la gestion, la rigueur et l’encadrement d’une équipe. Puis j’ai été responsable de points de vente dans une enseigne de parfumerie. Pour élargir mes connaissances, je me suis orientée dans le secteur de l’immobilier et j’ai repris mes études en parallèle à l’âge de 32 ans. Après six ans d’expériences, j’ai décidé de créer mon activité.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à créer votre propre activité ?

La richesse et la diversité de mes expériences professionnelles passées pimentées par mon vécu personnel d’épouse de militaire. Une femme de militaire doit quotidiennement remettre en question sa zone de confort. C’est la raison pour laquelle nous débordons de ressources, d’idées et de capacité d’adaptation !

Plus précisément, c’est à la suite d’une nouvelle affectation de mon mari avec une nouvelle installation en terre inconnue et un départ en OPEX sur ordre que j’ai commencé à réfléchir à Air Terre Mer Immobilier. Il est parti pour cinq mois et demi. Je ne vous apprends rien. La page est à nouveau blanche et nous nous adaptons.

 

Quelles satisfactions y trouvez-vous ?

Me réaliser et y trouver un épanouissement. Avoir le sentiment, puis la preuve d’être « utile » et transmettre mon expérience. Mon statut ne se résume pas à « l’épouse de Monsieur ». Je suis une femme moderne et active et je connais parfaitement le contexte du microcosme militaire. Je mets donc mon énergie et mes compétences au service des familles de militaires, en y ajoutant mon expérience professionnelle passée.

 

Qu’est-ce qui a été (ou est toujours) le plus difficile ?

D’abord, ce qui est difficile renforce la motivation. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Mais « difficile » ne rime pas avec « impossible ». Les difficultés que j’ai pu rencontrer sont les mêmes que pour tout entrepreneur : la frustration de déborder de convictions et d’idées utiles mais devoir abattre des murs pour convaincre. Mais comme j’ai toujours voulu abattre les cloisons qui bouchent mon horizon, le découragement ne figure pas dans ma panoplie.

 

Quels conseils auriez-vous aimé recevoir ?

Être humble, c’est savoir écouter les conseils, de toutes parts. Mais ma touche personnelle c’est d’en extraire la synthèse. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Mais il faut toujours garder une oreille attentive pour progresser. Seule, on n’est rien. Et je l’ai appris lors de mon parcours professionnel au sein d’importantes structures. Il ne faut jamais oublier que notre passion peut être notre propre ennemi et nous rendre aveugle. Et je me surprends encore à me découvrir. Pourvu que cela continue, car rester vivant c’est continuer à apprendre, sans cesse, y compris sur soi-même. Je veux continuer à me surprendre pour pouvoir mieux surprendre les autres.

 

Qui a pu vous soutenir dans la création de votre activité ?

Mon mari, ma famille, mes amis, mais aussi des professionnels dont j’ai eu la chance de croiser la route.

 

Arrivez-vous à trouver un équilibre entre vie familiale et vie pro ?

Trouver un équilibre entre vie familiale et vie professionnelle est un combat, jamais acquis d’avance. Curieusement, en termes physiques, l’équilibre est le résultat de déséquilibres successifs. Le fait même de marcher, si vous y réfléchissez bien, est une succession de déséquilibres…d’un pied sur l’autre. Et pourtant nous marchons, sans même nous en apercevoir tellement cela est devenu naturel, voire automatique. Nous en avons même oublié que nous avons dû apprendre à marcher, à tomber puis à nous relever. Concilier ses temps de vie ne relève pas d’un automatisme. C’est comme revenir aux sources de notre apprentissage de la marche. Il faut en prendre conscience chaque jour. C’est comme s’apercevoir à chaque pas que vous avancez le pied gauche…puis le pied droit…et il faut recommencer. (Ma fille marche depuis deux mois, c’est elle qui m’a rappelé cela…)

L’équilibre entre vie familiale et vie professionnelle c’est un peu comme cette métaphore.

 

Comment vous organisez-vous lors de l’absence de votre conjoint ?

L’organisation se fait bien avant le départ. Bien sûr, il y a le checking des derniers points de contrôle sur le plan de la logistique pour anticiper autant que possible certains imprévus. Mais on ne peut jamais tout contrôler et tout maitriser. Alors à mon sens, la meilleure recette c’est de savoir s’adapter et ne pas hésiter parfois à demander de l’aide. Et puis, on devient une Wonder Woman quand on est aussi capable de penser un peu à soi !

 

Y a-t-il des personnes qui vous inspirent?

A chaud, je vous répondrais ma Grand-Mère et l’abbé Pierre. En traduction, c’est un peu mes racines et mon penchant pour l’altruisme.

En fait, l’inspiration fuse de toute part et surtout chez ceux qui ne pensent pas comme moi. Aller à la rencontre des autres c’est chercher une forme d’inspiration et vouloir évoluer. On ne peut ouvrir le champ des possibles qu’en explorant des horizons qui ne nous sont pas familiers, en ayant soif de terres inconnues. Rester dans sa petite zone de confort ne fait que restreindre notre horizon. Ouvrir ses oreilles, ses yeux, son cœur et son esprit c’est se donner toutes les chances de voyager plus loin. Et à ce sujet, je ne me fixe pas vraiment de limites. Ce n’est que mon pragmatisme et ma quête d’efficacité qui dresseront les frontières de mon espace d’investigation. Parfois, avant d’atterrir sur Neptune, je m’autocensure. Mais toujours à regret.

 

Pour vous qu’est-ce qu’une Woman forces?

Une « woman forces » est une femme qui sait partager son énergie en usant subtilement de sa sensibilité.

 

Qu’attendez-vous de notre réseau ? A quoi pourrait-il servir selon vous ?

Votre réseau est vecteur de soutien, d’échanges, d’informations, de cohésion et de solidarité. Il peut et doit servir à affirmer à d’autres femmes : « Vous n’êtes pas seules et vous ne perdez pas votre temps … Regardez, appelez, échangez, n’ayez de limites que celles que l’on ne vous fixe pas » …

Ce que j’en attends ? C’est être une étincelle. Et d’entendre un jour « Elle m’inspire, maintenant c’est mon tour ! ». Alors, mesdames, donnons-nous la main.